Retour sur un titre de champion du Monde pour L.Mahias

La dernière manche du championnat du monde d’endurance 2016 à Oschersleben a tenu toutes ses promesses ; le leader du championnat perd le titre, Le GMT 94 gagne la course mais le SERT empoche sa 15 ème couronne, et pour finir, là où 3 pilotes sont habituellement titrés champions du monde, il n’y en a qu’un : LUCAS MAHIAS….
Air Yeezy 2

Lucas Mahias pôle mécanique moto club oschersleben 2Le CAS MAHIAS…

Et bien sûr, ceux qui lisent nos actus se doutent que cette nouvelle nous a fait plaisir. Alors oui, c’est un titre en Endurance, qui habituellement se gagne par équipe. Lucas est d’ailleurs le premier à l’avoir souligné :  « ce titre n’est pas que le mien, c’est aussi celui des pilotes du GMT 94 et du team R2CL avec qui j’ai roulé au MANS ». Ainsi, le sentiment est partagé, tant par l’intéressé que par d’autres pilotes, y compris certains qui ont fait de cette discipline leur « job ». Pour notre part, on se dit que Lucas l’a mérité… Il avait déjà manqué cette couronne alors qu’il était 4 ème pilote au GMT 94 et que le règlement avait changé, pour ne sacrer que les 3 titulaires permanents. Donc, cette fois, personne ne lui enlèvera son mérite, il a le titre.

Lucas Mahias pôle mécanique moto club oschersleben 3ET LA SUITE ?

Nous en discutions avec lui alors qu’il était sur la route pour l’Allemagne, rien n’est sûr pour 2017 : « de toute façon, même quand on te dit que c’est sûr tu peux tomber sur un team qui au final te plantera au dernier moment voire pendant l’année ! À ce jour, je discute avec YAMAHA, pour rouler en vitesse. Je suis un pilote de vitesse, l’endurance c’est sympa, c’est une super aventure humaine, mais ce qui me plait c’est vraiment des courses sprints » Et c’est sûr que les désillusions ont été tellement importantes que l’on imagine l’état d’esprit de Lucas qui, même avec un titre mondial en poche, doute sur toutes les promesses qu’on peut lui faire. À suivre très prochainement…

TEAMS ET CONSTRUCTEURS…

Si l’on veut résumer le reste de cette finale hors du commun, on pourrait le faire ainsi : Le team MOTOR EVENTS arrive en tête du championnat, le GMT 94 gagne la course, mais finalement c’est le SERT de Dominique Méliand qui rafle le 15ème titre pour SUZUKI. Et pourtant… Pourtant tous avaient mis le paquet, à l’image du YART qui s’était même offert les services de Bradley Smith (pilote YAMAHA de moto GP au sein de TECH3) qui s’est blessé lors des essais et qui a du déclarer forfait pour le GP de Silvertsone.  La grosse déception, même si elle est relative, est au profit du team MOTOR EVENTS. D’abord parce qu’ils ont lutté toute l’année sans jamais commettre d’erreur, ils ont été un exemple de régularité. Mais aussi et surtout, parce qu’il s’agit d’un team privé, celui de MARC MOTHRE (qui organise deux épreuves en 2016 et 2017 au pôle mécanique d’Alès) qui est animé avant tout par la passion. Le budget du team, car comme dans tous les sports mécaniques on parle avant tout d’argent, avoisine 300.000€ par an. On ne connaît pas les budgets de fonctionnement des équipes officielles, mais on peut parier sur un ratio de 1 à 4, et encore, on doit être loin du compte ! Ensuite, dans cette équipe il y a un garçon que l’on a rencontré par le biais de Lucas justement, c’est Gregg BLACK. Cet anglais expatrié depuis son enfance dans le pays des mangeurs de grenouilles est rapide, très rapide ! D’ailleurs, en Allemagne, il s’est offert une nouvelle fois un petit plaisir : mener la course, en faisant au passage un extérieur à Vincent PHILIPPE (tout de même 10 fois champion du monde) avec un angle de folie ! C’est un garçon talentueux, et on espère qu’il aura de nouveau la chance de se battre pour le titre mondial, et surtout de l’emporter ! Pour les autres vous ne l’aurez sans doute pas manqué, le GMT 94 remporte la course avec Nicolo CANEPA et David CHECA, mais échoue au championnat pour un petit point face au SERT de Dominique MELIAN. Un finish incroyable pour un championnat serré, la nouvelle saison commence dans un peu plus d’une semaine sur le circuit Paul Ricard lors de la prochaine édition du BOL d’OR.

PMMC

PARTAGER

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz