Lucas Mahias champion du monde WSSP 2017 !

Si nous étions tous stressé à le voir attaquer jusqu’à l’arrivée de cette finale sous haute tension, Lucas s’est finalement octroyé le titre suprême en 600 Supersport dans un panache de toute beauté ! Mille fois bravo à notre pilote PMMC !

Tout pouvait basculer lors de la finale WSSP à Losail ce samedi 04 novembre 2017… Une chute, une casse mécanique voir un affaiblissement de l’organisme et bien non, rien n’est venu enrayer le tir du pilote PMMC jusqu’au sacre ! Au terme d’un week-end éblouissant de conviction, de force mentale et d’un pilotage emprunt d’attaque et de finesse, Lucas Mahias, 28 ans, est devenu champion du monde Word Supersport 2017 !

 Q3KO8H5BWARKWU4UG892(1)Kenan Sofuoglu, son principal adversaire pour titre revenait pourtant de blessure avec la ferme intention de ne rien lâcher. Avec 20 points d’avance sur lui en débarquant à Losail, Lucas pouvait certes se sentir fort mais il savait que Sofuoglu pourrait l’obliger à livrer combat jusqu’au dernier freinage. Sauf qu’en signant sa première pole position de l’année à l’occasion de cette finale, Lucas montrait au reste du monde à quel point il était prêt à se battre, à quelle hauteur sa volonté de gagnée s’élevait.

I8V7GLHV864MU2YDFCVX(1)

Un bon départ pour Lucas, des adversaires coriaces qui ne lâchent rien, des dépassements en pagaille, des Yamaha en pleine forme, un Jules Cluzel revanchard et très rapide, Lucas prend pourtant la tête de ce groupe furieux, bien décidé à attaquer jusqu’au bout malgré les risques encourus. En effet, et malgré la belle remontée de Sofuoglu qui accrochera finalement le podium, Lucas aurait pu lâcher du lest et se contenter de finir « tranquillement » la course pour être titré. Oui, mais non, Lucas n’aurait jamais accepté de passer pour l’épicier de service. Il le dit lui-même, à la régulière, sans les incidents qui ont émaillé la saison du plus titré de la catégorie, il aurait alors sans doute terminé second derrière Kenan Sofuoglu. Pourtant, Lucas aussi a connu des moments difficiles entre chutes, bris moteur en course et casse de son scaphoïde. Alors en ravissant la pole, en menant la course et en résistant à son compatriote Cluzel comme il l’a fait, Lucas peut laisser grandir l’estime qu’il a de lui car samedi soir, il nous a fait vibrer fort, très fort ! Mille bravos champion ! Au PMMC, nous sommes tous très, très, très fier de toi.

Ci-joint quelques copies d’écran de sites spécialisés soulignant la performance de notre champion.

PARTAGER

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz