Lucas Mahias en Australie

Philip Island

Je m’appelle Pete Thompson, mais les copains m’appellent « pas d’bol ».

Cette réplique d’un film des années 90 (hot shot), pourrait bien convenir à un de nos jeunes espoirs français.

Peut être qu’il ne faut pas tomber dans la psychose, mais une fois encore, Lucas Mahias n’aura pas été verni ce weekend en Australie.

Pour sa première course au sein du team intermoto ponyexpress en championnat du monde supersport, le weekend a tourné au cauchemar.

Les premiers essais étaient pourtant prometteurs, avec des chronos très aplicaciones espia para android honorables malgré la découverte du circuit, de la blocking spyware on cell phones moto, et du team.

Après ses piges de Magny Cours et du Quatar, où il avait excellé, apps to catch your boyfriend cheating Lucas était attendu à http://gregtam.com/can-someone-put-spyware-on-my-phone-y8f/ Philipp Island.

Et attendu, il l’a été pendant la qualification samedi. Après une belle 4ème place aux essais libres de vendredi, personne ne le voit sortir des stands pour la séance qualificative samedi. Panne électronique. Son co-équipier aussi est coincé, et le temps passe.

Il sort finalement à 9 minutes de la fin pour faire 3 tours, et se qualifier en 7ème position sur la grille de départ.

Dimanche win-spy software 9.9 pro crack matin, les problèmes persistent mais la course devraient être jouable.

A 3.15 du matin, nous étions nombreux devant nos écrans pour voir comment Lucas allait doser tous les autres, leur montrer ce que cell spy software reviews l’on sait depuis toujours : spy text free trial cant get target phone il est un top pilote, et sa place, c’est en haut du podium.


Il s’envole et prend un bon départ, étant 5ème après quelques tours, dans le bon paquet.Devant, la MV de Cluzel et la kawa de Sofuoglu donnent le rytme, Lucas est 3ème.

Oui mais voilà, à 4 tours de la fin, c’est l’abandon, pneu arrière défectueux.

Un gros coup au moral pour Lucas. Un peu comme un môme qui découvre que le jouet qu’il attendait depuis si longtemps ne fonctionne pas.

On rigolait avec lui en fin d’année dernière des surnoms qu’il pouvait arborer en 2015, on avait évoqué « sérial loser », avant de se dire que c’était fini, et que maintenant tout allait de l’avant… Il faudra attendre encore un peu.

Certains verront le côté positif, en disant qu’il était vite, très vite, et qu’il pourra jouer la gagne cette année. Nous on le savait. Ce qu’on en retient, c’est qu’il part avec un handicap de points conséquent sur les autres pilotes. Mais restons positifs, et espérons que la chkoumoune change un peu d’horizons…

PARTAGER

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz