COMPTE À REBOURS POUR LE TITRE MONDIAL D’ENDURANCE

Lucas-Mahias-Portimao-12H-pôle-méca-moto-club-4

Ce week-end se tiendra la dernière épreuve de la saison 2016 à Oscherchleben, en Allemagne. Rien n’est joué pour les titres, mais nous on espère fort, très fort que tout le monde y trouvera son compte…

Depuis des années, Lucas Mahias empile les succès et les déceptions, les rires puis les larmes. Cette année, difficile à dire si c’est une des pires ou la meilleure depuis le début de sa jeune carrière. Il a attendu désespérément une place qui n’est pas venue sur une 600 supersport pour aller se battre pour un titre mondial dont il rêve.  Avant le début de saison d’endurance, plus une seule place titulaire n’était disponible dans les teams de pointe. Il trouve finalement une place au sein du team R2CL pour les 24 heures du Mans, histoire de rappeler à tout le monde, s’il était nécessaire, toute l’étendue de ses talents.

La 600, c’est ma catégorie, ce sont des motos que j’adore, et qui demandent moins de budget qu’une moto2. Et en plus c’est une discipline dans laquelle les Français brillent, et je me dis que ce serait pas mal d’avoir mon nom à côté d’un mec comme Steph Chambon (champion du monde 1999) , ça aurait une sacrée gueule quand même….

Lucas Mahias gmt 94 pôle mécanique moto club

24 HEURES DU MANS 2016, UN FESTIVAL ENTRE POTE

Comme nous vous l’avions relaté à l’époque, Lucas et son pote Gregg Black s’en sont donné à cœur joie, et ont fini respectivement 4ème et 2ème de cette épreuve d’ouverture de l’endurance. Mais plusieurs éléments ont joué en la faveur du pilote du Pôle Mécanique Moto Club ; d’abord ses performances en course, avec des chronos exceptionnels mais surtout des tours roues dans roues avec son rival mais néanmoins pote : Gregg Black. Enfin, les performances insuffisantes de Louis Rossi au sein du GMT 94 ont contraints Christophe Guyot à chercher un remplaçant au pilote Manceau, pour une fois le soleil brillait pour Lucas qui a été retenu.

LA VAPEUR S’INVERSE…

Tout s’enchaine ensuite, Sylvain BARRIER se blesse, Lucas prend sa place et marque le coup lors du mondial SUPERBIKE, le hasard et l’audace le poussent même en tête de la course à ASSEN le temps de quelques tours. Vient alors la course d’endurance au Portugal, PORTIMAO. Il fait cette fois équipe avec Nicolo CANEPA et David CHECA, cette fois le GMT 94 est le plus fort, l’équipe remporte la course. Là où la situation est cocasse, c’est que LUCAS a terminé 4ème au Mans, et il gagne la seconde course. Les autres pilotes susceptibles de se battre pour le titre sont alors devancés par un seul homme, LUCAS MAHIAS. Puis c’est au tour de Florian MARINO de se blesser, et Lucas est encore appelé à la rescousse, cette fois au guidon de la YAMAHA R1 du team PATA. À Misano, circuit qu’il ne connaît pas, chez des tifosis survoltés, il gagne sa première course de SUPERSTOCK 1000 ! Lors des 8H de SUZUKA, son avance a de nouveau augmenté car si la place du GMT pouvait semblé moyenne, (il faut savoir que cette course accueille de nombreux teams plus proches du SBK avec des pilotes de GP) ses adversaires directs étaient eux derrière la YAMAHA.

OSCHERCHLEBEN : POINT FINAL D’UNE SAISON À REBONDISSEMENT

LUCAS MAHIAS est donc en route pour l’Allemagne afin de disputer une dernière épreuve qui sacrera un pilote (ou 3), un team et un constructeur. L’enjeu est de taille, pour preuve la décision du YART : intégrer Bradley SMITH pour mettre toutes les chances de leur côté ! Car ceux qui ont joué les troubles fêtes cette année, c’est bien le TEAM MOTOR EVENTS. Et ce n’est pas pour déplaire au boss de cette petite équipe française, Marc MOTHRÉ (ceux qui le connaissent doivent déjà sourire en lisant ces lignes) qui ne se met pourtant pas plus la pression que ça. Il sera d’ailleurs absent puisqu’il organise en même temps une épreuve du WERC sur le circuit du Vigeant. Il y aura Rémi et Julie (ses enfants qui travaillent avec lui) qui seront présents, et Hervé MOINEAU. Pour ceux qui souhaiteraient suivre l’épreuve, on vous invite à zapper sur EUROSPORT qui rediffuse en direct le championnat avec un excellent Gilles De La Posta (et certainement Guillaume DIETRICH en consultant) aux commentaires. De notre côté, on aimerait que tout le monde y trouve son compte : Lucas champion du monde d’endurance, Motor Events team champion du monde par équipe, ce qui offrirait un titre à notre pote Gregg et au team, et YAMAHA champion du monde constructeur ! Bref, le lait, la crème et la crèmière… On est peut être exigeant, mais on y croit !

Lucas-Mahias-pôle-méca-moto-club-alès

Lucas-Mahias-Misano-pôle-mécanique-moto-club

PARTAGER

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz